Choisissez vos locataires comme vous choisissez vos amis, Ne choisissez pas vos amis comme locataires.

Louer à des proches ou à des amis, est-ce un avantage ou un inconvénient ? Plus généralement, comment choisir ses locataires ?

Ce magnifique titre d’article, « Choisissez vos locataires comme vous choisissez vos amis, Ne choisissez pas vos amis comme locataires », qui a germé dans mon (grand) esprit éclairé (oui, je m’enflamme…) est certes un peu provocateur. Mais puisque son coté « slogan » a l’avantage de lui donner un côté « facile à mémoriser », tout bailleur immobilier aurait à mon sens intérêt à le conserver précieusement en mémoire. Venons-en donc à étudier ses 2 parties.

Choisissez vos locataires comme vous choisissez vos amis.

Que se passe-t-il quand, après avoir effectué un investissement immobilier, vous avez plusieurs candidats locataires qui veulent votre bien ? Comment choisissez-vous ? Vous contentez-vous de choisir celui qui justifiera des plus fort revenus ou de la caution la plus solide ?

Dans la pratique, mon expérience m’encourage à dire que ce n’est pas le critère fondamental. Vous allez pouvoir observer beaucoup d’autres choses si vous faites visiter vous-même votre appartement :

  • Par l’attitude et le comportement général. Par exemple, sont-ils à l’heure et respectueux ? Ou sont-ils arrivés 20 minutes en retard sans vous prévenir ?
  • Par les questions qu’ils posent. Par exemple, certains vous demanderont l’autorisation pour faire des choses très banales pour lesquelles ils n’auraient pas besoin de votre accord (Aurais-je le droit de stocker mon vélo dans la cave / l’entrée ?), tandis d’autres en discutant devant vous avec leur conjoint projetteront déjà leurs projets pour le mur que vous veniez justement de repeindre à neuf (l’armoire suspendue à fixer, le repeindre dans une autre couleur), et ce, bien sûr sans vous demander votre avis.

Il est donc primordial d’installer un climat de dialogue, pas trop formel, pour encourager le locataire à se sentir en confiance et apparaître sous son vrai jour. Quelques traits d’humour sont même bienvenus.

Au final, à partir du moment où le locataire a les moyens raisonnablement de vous payer votre loyer, vous constaterez que vous ne choisirez pas systématiquement celui qui a le meilleur dossier papier et les meilleurs revenus. Au contraire, vous choisirez celui qui vous a inspiré confiance, et qui vous semble avoir des principes. Et finalement c’est un peu comme cela que je choisis mes amis, d’où la première partie du titre de l’article.

Ne choisissez pas vos amis comme locataires.

Je n’ai pas été personnellement confronté à ce cas, mais comme on a toujours à apprendre des sages, je discute souvent avec plusieurs serial-bailleurs expérimentés. Plusieurs d’entre eux m’ont raconté avoir eu une expérience délicate en louant à des proches, et que c’est quelque chose qu’ils ne recommenceraient sous aucun prétexte. D’autres n’ont pas encore été directement confrontés à de telles mauvaises expériences, mais sont convaincus que c’est quelque chose à proscrire totalement dans le cas où le choix du proche implique une concession par rapport aux critères de sélection des locataires qu’ils choisissent habituellement.

Quand on parle de proches, on parle d’amis, de cousins etc. Au contraire d’une simple connaissance que vous avais déjà croisée (par exemple professionnellement, ou comme voisin) qui peut être quant à elle être un bon choix car vous en connaissez finalement plus sur celle-ci que sur un inconnu.

Quand on dit proches, c’est donc qu’il y a un aspect émotionnel dans la relation. Aspect émotionnel qui va devenir  problématique en cas de conflit. En fait, le problème fondamental est que louer à des proches est une vraie galère en cas de confit. Et cette probabilité de conflit se trouve renforcée, car le proche, du fait de l’affect particulier qu’il pense avoir avec vous (amical, famille), peut avoir du mal à considérer votre relation bailleur-locataire comme une simple relation commerciale, i.e comme celle qu’il aurait eue avec un bailleur inconnu.

Notez cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *