Une leçon vielle de 2500 ans (Pensée du T4-2017)

Beaucoup d’investisseurs pensent qu’une stratégie efficace commence avec un pressentiment sur l’économie. À partir de là, ils devinent quelle doit être leur stratégie en bourse et quelles actions acheter. Mais ils devraient savoir qu’on ne peut pas éliliner l’incertitude en bourse, et tirer quelques leçons des enseignements de la philosophie chinoise taoïste et les mettre à profit.

 

Les investisseurs ont de l’incertitude et ils sont prêts à payer beaucoup d’experts pour l’éliminer (voir cet article Arrêtez d’écouter les experts en prévisions économiques.- qui avait justement été écrit à un début d’année où de tels experts fleurissent pour annoncer leur prévision sur l’année à venir) Le problème est qu’ils ne le peuvent pas. Savoir se lever le matin en se disant  » Sachant que personne ne peut me dire avec certitude ce que va faire l’économie ou les marchés financiers, comment dois-je gérer mon portefeuille?  » est le début de la sagesse de l’investisseur.

Or, quand on étudie la philosophie taoïste vieille de 2500 ans, on peut trouver certaines similarités avec cette sage approche. Les vers ci-dessous pourraient ainsi très bien s’appliquer aux prévisionnistes économistes, markets timers, et autres spéculateurs métaphysiques :

Les anciens Maîtres n’essayent pas d’éduquer les gens,

Mais ils les encouragent sincèrement à ne pas savoir,

Quand ils pensent qu’ils connaissent la réponse,

Les gens sont difficiles à guider,

Quand ils savent qu’ils ne savent pas,

Les gens sont capables de trouver leur propre chemin.

Ou encore ceux-ci :

Ne pas savoir est la véritable connaissance

Présumer savoir est une maladie.

D’abord, réaliser que vous êtes malade.

Ensuite vous pourrez aller vers la guérison

Ou enfin :

Ceux qui savent ne parlent pas.

Ceux qui parlent ne savent pas.

Le vénérable Dao De Jing, parmi les livres le plus traduit dans le monde dépassé seulement par la bible et le Bhagaved-Gita, n’est bien sûr pas un guide d’investissement. Mais il nous encourage à ne pas s’épuiser sur ce que nous ne pouvons pas changer (on retrouve un peu le concept du cercle de préoccupation et du cercle d’influence chers à Steven Covey), que ce soit l’état de l’économie, la perte d’un être cher, ou le comportement d’un de vos enfants une fois adulte. Il encourage à l’humilité, et requiert une esprit ouvert et une réflexion soutenue pour être pleinement apprécié.

Remplissez votre bol à ras-bord, et il va déborder,

Continuer à aiguiser votre couteau, et il finira par s’épointer,

Poursuivez sans cesse l’argent et la sécurité, et votre coeur ne se desserrera jamais,

Cherchez l’approbation des gens, et vous serez leur prisonnier,

Faites votre travail, puis reculez. le seul chemin vers la sérénité.

Les taoïstes offrent une vision alternative de l’abondance, une qui valorise le maintien de la dignité plutôt que l’acquisition d’une position sociale, et l’appréciation du temps libre plutôt que l’acquisition de possessions. Même si les écrits datent de plusieurs années, beaucoup d’entre eux restent pertinents aujourd’hui. Par exemple :

Connaître les autres est de l’intelligence,

Se connaître soi-même est la véritable sagesse.

Maîtriser les autres est de la force.

Maîtriser soi-même est le véritable pouvoir.

Les hommes sages n’ont pas besoin de prouver le point.

Les hommes qui on besoin de prouver leur point ne sont pas des sages.

Lao Tseu explique que nous devrions avoir une nature proche de celle de l’eau. L’eau est forte, et pourtant elle est toujours la première à changer et s’adapter, à contourner les obstacles en cherchant le chemin le plus simple. Et au final, elle est capable de transformer le paysage en s’effaçant derrière les plus grandes montagnes. Les gens qui restent dogmatiques n’apprennent jamais cette leçon.

Toutes les choses, des gens à l’herbe ou les arbres,

Sont flexibles et pliables lorsqu’ils sont vivants.

Et secs et durs une fois morts.

Un arbre qui ne peut pas se plier,

Se brisera sous le vent.

La rigidité est ainsi un compagnon de la mort.

La flexibilité est quant à elle un compagnon de la vie.

Une leçon vielle de 2500 ans (Pensée du T4-2017)
5 (100%) 1 vote


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.