Peut-on améliorer son bonheur ressenti (2/3) ? L’état de flux (petite pensée de juillet)

La théorie du flow de csikszentmihalyi, également appelée état de flux ou expérience optimale est le second moyen d’augmenter son bonheur ressenti. Le flow a étudiée particulièrement par Mihaly Csikszentmihalyi.

 

Nous avons vu en juin que les conclusions de recherches scientifiques, telles qu’exposées par Martin Seligman dans La fabrique du bonheur, montrent que le bonheur et le sentiment de bien-être (éléments intangibles assez difficiles à définir) peuvent être améliorés par la combinaison de 3 composantes. Nous choisissons celles-ci pour elles-mêmes et chacune d’elles se définit mieux et se mesure plus facilement que le bonheur :

– 1. Les émotions positives (la vie plaisante)
– 2. La pratique d’état de flux, ou expérience optimale (la vie engagée)
– 3. Le sens (la vie ayant du sens)

Nous nous sommes attardés le mois dernier sur l’émotion positive, qui correspond à ce que nous ressentons : le plaisir, l’enchantement, le ravissement, la chaleur, le confort etc. La vie qui intègre ces composantes est appelée « vie plaisante » par Martin Seligman.

La théorie du flow.

En juillet, nous allons nous intéresser à l’atteinte de la vie engagée avec ce qu’on appelle  » l’état de flux  » (ou flow en anglais), également désigné comme « l’expérience optimale ».

Voici les conditions à rassembler pour atteindre cette expérience optimale :

Théorie du flow

L’expérience d’état de flux est plus susceptible de se produire lorsque l’activité représente un défi plus élevé que la moyenne et que les compétences sont au-dessus de la moyenne.

Martin Seligman résume bien cet état de flow dans cet extrait de son dernier livre S’épanouir :

[…] « La deuxième composante du bonheur, l’engagement, c’est-à-dire l’«expérience optimale » ou l’état de flux, est la capacité à faire un avec la musique, à arrêter la course du temps et à s’oublier dans une activité absorbante. Je qualifie d’« engagée » une vie vécue dans cet esprit. L’engagement se distingue de l’émotion positive, et il en est souvent le contraire. Demandez aux personnes qui sont dans l’expérience optimale à quoi elles pensent et ce qu’elles éprouvent, et la plupart répondront : « À rien. »

Dans l’expérience optimale, nous fusionnons avec l’objet de l’attention, et je pense que l’attention concentrée qu’elle exige absorbe toutes les ressources cognitives et émotionnelles qui alimentent la pensée et l’émotion. Il est impossible d’atteindre l’expérience optimale par un raccourci. Au contraire, il faut donner le meilleur de soi-même pour y parvenir, pour rencontrer le monde dans cet état de flux . En revanche, il existe des raccourcis faciles pour éprouver des émotions positives (Vous pouvez vous masturber, faire du lèche-vitrine, ou regarder la télévision…), ce qui constitue une autre différence entre engagement et émotion positive.  C’est pourquoi il est important d’identifier vos meilleurs atouts et d’apprendre à les utiliser encore plus souvent pour atteindre l’expérience optimale..

À l’instar des émotions positives, l’engagement, ou expérience optimale, ne peut être évalué que subjectivement (« Le temps s’est-il arrêté pour vous ? », « Étiez-vous entièrement absorbé par votre tâche ? », « Avez-vous perdu conscience de vous-même ? »). L’engagement, en tant que composante hédonique ou agréable, comprend toutes les variables subjectives du bien-être : plaisir, extase, confort, chaleur et autres. Il faut toutefois garder à l’esprit que la pensée et les émotions sont généralement absentes de l’expérience optimale. Ce n’est que rétrospectivement qu’il est possible de dire : « Je me suis bien amusé » ou : « C’était formidable.» Alors que l’état subjectif du plaisir est ressenti au présent, l’état subjectif de l’expérience optimale est uniquement rétrospectif. »[…]

Exemples d’état de flux.

Pour ma part, je ressens particulièrement cette expérience optimale rassemblant les 9 conditions décrites ci-dessus :

  • Quand je pratique un sport qui nécessite au-delà de l’activité physique, de la réflexion, de la concentration et des prises de décisions rapides. Typiquement un sport de raquette comme le badminton, ou le squash. Et encore + quand je joue contre un adversaire dont le niveau est très légèrement supérieur au mien (adéquation compétence – difficulté de la tâche avec une tâche au-dessus de la moyenne mais néanmoins atteignable)
  • Aux moments où j’écrivais mes livres, je pense avoir ressenti cet état d’expérience optimale.

Et vous, dans quelles circonstances ou à quelle occasion avez vous expérimenté cet état de flux ?

Le flow de csikszentmihalyi en détails.

Pour en savoir plus sur l’état de flux et l’expérience optimale, vous pouvez lire le livre Vivre de Mihaly Csikszentmihalyi, spécialiste du sujet et ayant mené beaucoup d’études sur celui-ci :

Peut-on améliorer son bonheur ressenti (2/3) ? L’état de flux (petite pensée de juillet)
4.7 (93.33%) 3 votes


2 thoughts on “Peut-on améliorer son bonheur ressenti (2/3) ? L’état de flux (petite pensée de juillet)

  1. Maud
    Moi, je pense vivre l’expérience optimale quand je lis un livre qui me passionne, ou quand je joue une pièce de théâtre (je joue dans une troupe amateur).
    Répondre
  2. Jérôme
    Le sport aussi pour moi, le foot en salle en particulier. Je le vois surtout dans la description à la « perception altérée du temps » : le temps s’arrête pendant que je suis concentré et j’en perds totalement conscience.
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *