Petite pensée de janvier : Garder les pieds sur terre ne doit pas empêcher d’agir, de voir grand, et d’avoir des idéaux.

D’une part, il y a ceux qui agissent sans réfléchir aux conséquences, un peu trop à l’instinct et n’anticipent les préjudices futurs de leurs actions, ou du moins refusent d’en tenir compte.

D’autre part, on trouve des gens plus réfléchis et réalistes. Comme la plupart des lecteurs de mes livres d’investissement, j’ai à la fois un côté analytique et intuitif (=profiter de ses observations pour anticiper avec une certaine acuité comment les choses pourraient tourner à terme, plutôt bien ou mal…), et penche donc naturellement plutôt vers cette seconde catégorie.

Si je me projette dix ans en arrière, ce caractère réfléchi me freinait et m’empêchait trop souvent d’agir. Mon caractère intuitif me conduisait à avoir imaginé tous les scenarii futurs. Même quand les probabilités de réussite étaient nettement en ma faveur, je focalisais trop sur le grain de sable qui pourrait – « très éventuellement » et avec une faible probabilité – enrayer la machine.

Je pensais à tort qu’être idéaliste et réaliste étaient deux choses qui s’opposaient naturellement.

La tempérance (qui regroupe des sous-ensembles de valeur comme l’humilité, la prudence, l’autorégulation) est de par sa nature l’une des qualités humaine les plus discrètes, mais pourtant l’une des plus primordiales. Je le pense aujourd’hui comme je le pensais hier.

La différence, c’est que j’ai par contre aujourd’hui compris qu’ ETRE IDEALISTE, c’est en fait ETRE REALISTE DANS LE SENS LE + PROFOND DU TERME.
Quoi de plus réaliste en effet qu’agir en accord et en cohérence avec nos projets, notre vision, nos valeurs, et les choses qui font sens pour nous ?

Garder les pieds sur terre, c’est donc savoir prendre un certain recul. C’est éviter de prendre des décisions sur des coups de têtes, mais c’est savoir les prendre une fois celles-ci pesées, et ainsi avancer.
Et surtout, garder les pieds sur terre, ce n’est en aucun cas renoncer à ses idéaux ou choisir de ne pas agir.

Finissons ce billet avec quelques extraits de Construisez et gérez votre patrimoine avec succès (extraits des pages 25 à 30) en lien avec la thématique du jour :

« ce sont vos pensées qui amènent vos actes (ou aussi votre éventuelle non-action), et ce sont vos actes qui conditionnent vos résultats. Votre manière de penser sera donc déterminante pour arriver à des résultats probants. […]
Voir les choses en grand ou avoir un idéal, décuplera votre énergie. En effet, vous vous apercevrez que la motivation est plus constante lorsqu’on a un grand projet. […]

Ne soyez pas bloqué par la peur ou les obstacles…

La peur n’est pas toujours bonne conseillère. Si vous cherchez seulement à ne pas perdre en toutes circonstances, vous courrez fortement le risque de ne jamais vraiment gagner

De même, les obstacles ne doivent pas vous arrêter. Si vous choisissez une voie plus ambitieuse que la moyenne, vous serez confronté à des défis et des obstacles. Si ceux-ci vous arrêtent, vous resterez comme la moyenne. Il est tellement plus facile, à la vue de futurs problèmes à résoudre, d’opter pour la voie de la tranquillité que c’est celle que la majorité choisit. Si en revanche, une fois votre analyse des risques effectuée, vous êtes capables de vous concentrer sur les opportunités plutôt que sur les obstacles, alors vous trouverez l’énergie pour résoudre les problèmes et franchir les haies qui se dresseront inévitablement en travers de votre ambitieux chemin.

Enfin, l’incertitude ne doit pas vous conduire à la procrastination. Reporter l’action au lendemain au prétexte d’une attente de vision plus limpide de l’avenir est une erreur. Il vous faut apprendre à préférer l’incertitude à l’insatisfaction. Car l’incertitude n’est souvent ni plus ni moins qu’une peur de l’inconnu… et ce que nous avons le plus peur de faire/décider/vivre est souvent ce que nous avons le plus besoin de faire/décider/vivre…

Dans votre vie comme dans vos investissements, il y aura toujours et systématiquement des incertitudes. Si vous utilisez à l’excès l’excuse courante du bon moment, vous risquez de vous réveiller à un moment donné en vous rendant compte que des expressions comme « un jour je ferai… » vous ont privé de quelques réussites ou de la réalisation de certains rêves. Si en revanche, vous vous forcez à agir, vous verrez que la réussite est un objectif atteignable. Et une fois lancé, ayant eu le plaisir d’avoir des premiers résultats, vous aurez envie d’en avoir d’autres et serez alors pris dans une spirale positive. Alors, vous n’hésiterez plus : vous agirez !

…Mais gardez les pieds sur terre

Regarder les opportunités plutôt que les obstacles et apprendre à agir ne signifie pas le faire dans n’importe quelles circonstances. Ainsi, il faut absolument éviter de vous engager dans un investissement que vous ne comprenez pas. Soit, un investissement est simple et ce n’est pas plus mal. Soit, il est compliqué et vous prenez le temps d’en étudier les tenants et aboutissants… S’il est trop compliqué par rapport à l’information à laquelle vous avez accès pour que vous le compreniez, alors il vaut mieux l’éviter »

Ce billet a été initialement pulié sur la page Facebook Les Livres de JulienDelagrandanne et qui étendent des principes évoqués dans mes livres à des domaines allant au-delà de l’investissement. Vous pouvez vous inscrire sur la page pour suivre les prochains articles.

Petite pensée de janvier : Garder les pieds sur terre ne doit pas empêcher d’agir, de voir grand, et d’avoir des idéaux.
Notez cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *