Tout le monde devrait s’accorder du temps pour la rêverie (pensée T1-2017)

Entamons cette année en choisissant comme premier article la méditation du trimestre. Rassurez-vous des articles plus financiers suivront rapidement.

Le monde actuel prône la concentration, l’attention. On pense tout de suite au monde professionnel où la productivité est mise en exergue. Mais c’est aussi le cas quand on quitte ce dernier et ses contraintes. Vous ne trouvez pas ? La prochaine fois que vous marcherez dans la rue, faites un petit exercice : parmi les personnes que vous croisez, combien fixent leur attention sur leur téléphone ?

Pourtant, il est très bénéfique de savoir de temps à autre dévier son énergie mentale loin de ces activités nécessitant concentration, en laissant vagabonder son esprit loin de l’ici et maintenant et en l’encourageant à aller vers la rêverie. Les anglo-saxons ont d’ailleurs un mot plus parlant que nous pour exprimer cela : le « daydreaming« .

Un penchant pour la rêverie est souvent considéré comme une chose négative, puisqu’il constitue une distraction de la vie réelle. La rêverie est ainsi anecdotiquement associée à un manque de productivité. Elle est même culturellement assimilée à une personnalité fantaisiste ou à une perte de temps.

Tous les esprits qui errent ne sont pas forcément perdus !

Pourtant, ce point de vue n’est pas forcément démontré par la recherche. Ainsi, la rêverie pourrait être une façon productive de passer notre temps. Des psychologues ayant étudié le sujet ont en effet mis en évidence plusieurs éléments positifs induits par la rêverie, notamment :

  • La rêverie permet de passer le temps de la manière agréable.
  • Elle peut nous permettre de relier ensemble notre passé et notre futur, source d’inspiration créative.
  • La rêverie est liée à un style de prise de décision à long terme caractérisé par la patience plutôt que l’impulsivité.
  • La rêverie peut aider à faire face à l’ennui dans un travail sans intérêt ou impliquant des tâches fastidieuses.

Le rêverie permet une perception dilatée du présent, nous permettant d’accéder à nos meilleures idées (cône de Bergson)

C’est le principe du cône de Bergson, en relâchant notre concentration des contraintes de l’immédiateté, en sortant de notre impératif d’attention à l’action, on arrive à ressentir une perception dilatée du présent.

Cone de Bergson

Grâce à cette perception dilatée du présent obtenue grâce à la rêverie, nous pouvons avoir nos meilleures idées car elle met en jeu 4 mécanismes :

  • Elle augmente la créativité.
  • Elle nous permet de mieux planifier les choses.
  • Elle nous aide à réfléchir en incluant plus de paramètres (différentes informations d’horizon différents tournent à l’intérieur de notre cerveau).
  • Cette petite pause qu’elle permet augmente in fini notre productivité.

Bien sûr, cette rêverie bénéfique est la rêverie positive et constructive. Celle où les autres ont l’impression qu’on est absent, isolé dans notre monde. Il n’agit pas du type de rêverie qui peut être connue dans des moments de déprimes, et qui laissent place à un ressassage d’idées noires et qui n’a pas vraiment de bienfait.

Le  goût pour la rêverie et le temps passé la tête dans les nuages : une question de personnalité ?

Le penchant pour la rêverie dépendra aussi de la personnalité. Par exemple, au sens de Myers-Briggs, un Introverti Intuitif sera plus susceptible d’être surpris la tête dans les étoiles lorsqu’il vagabonde dans la rue qu’un Extraverti Sensitif.

En bref…

En bref, ne rêvez pas que la nuit, allouez-vous du temps pour la rêverie en pleine journée et outre l’appréciation de ce moment à sa juste valeur, vous devriez en retirer de nombreux bienfaits !

Tout le monde devrait s’accorder du temps pour la rêverie (pensée T1-2017)
Notez cet article


5 thoughts on “Tout le monde devrait s’accorder du temps pour la rêverie (pensée T1-2017)

  1. Aleyna

    Un article différent, mais qui reste intéressant quand même. À vrai dire, je n’ai jamais pensé à ce genre de chose. J’essaierais donc de m’accorder un petit peu de temps pour la rêverie et je verrais ce que ça donne. Comment as-tu eu l’idée d’écrire sur ce sujet ?

    Répondre
    1. Julien DelagrandanneJulien Delagrandanne Poster auteur

      Je fais seulement un article « méditation » par semaine. J’ai besoin que d’une idée tous les 3 mois… Quand je l’ai je la note. Comment celle-ci m’est-elle venue ? Sûrement en rêvassant lors d’un moment de rêverie 😉

      Répondre
  2. l'gevingey

    j’avais raté cet article.
    je devais avoir la tête ailleurs… ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *