Y-a-t-il désormais trop d’investisseurs en immobilier ?

Le fait qu’on entende parler de plus en plus (Youtube, formations, séminaires etc.) d’investissement immobilier locatif comme la poule aux oeufs d’or ou du moins le moyen d’atteindre l’indépendance financière,  ne conduit-il pas à un surnombre d’investisseurs en immobilier locatif ? Et cet effet de mode de facto à une saturation du marché ?

 

Y-a-t-il aujourd’hui beaucoup trop d’investisseurs en immobilier locatif ? (Transcript de la vidéo)

Aujourd’hui je réponds à une question d’un lecteur du livre L’investissement immobilier locatif intelligent. Bonjour Matthias, tu vas voir que c’est la question à laquelle je réponds et sa question, c’est :

« Avec tous les gens qui parlent de l’immobilier locatif sur les chaînes YouTube, sur les forums etc. est ce qu’il ne commence par y avoir trop d’investisseurs dans l’immobilier locatif ? En gros, est-ce que le domaine n’est pas saturé ? »

C’est marrant que tu poses cette question parce que moi même je me suis fait cette réflexion sur le fameux trop d’investisseurs en immobilier locatif. Alors il y a deux éléments qui me rassurent.

Se renseigner sur l’immobilier locatif n’est pas passer à l’action.

C’est à dire que déjà tous ces investisseurs qui se renseignent sont loin de passer à l’action. J’ai un chiffre caractéristique à ce sujet. Je vais vous poser une question :

À votre avis, parmi tous les lecteurs de mon livre (qui sont des lecteurs qui se renseignent de façon assez poussée dans l’investissement immobilier locatif, puisqu’on n’a pas forcément que des éléments pour débutants dans ce livre-là), combien y en a-t-il (=quel pourcentage) qui s’inscrivent sur le groupe Facebook d’entraide que je propose ? Sachant que ce groupe Facebook a un accès complètement gratuit. Le seul pré-requis, c’est justement d’être un lecteur du livre pour pas passer notre temps à répéter le même b.a. ba aux purs débutants.

Vous allez me dire, s’il dit ça, c’est qu’il y en a pas beaucoup. Il y en a peut être 20%… Ben non il y en a 4% !!! C’est moins de 4%. C’est à dire que moins de 4% des lecteurs qui ont lu mon livre profitent d’un accès à une information gratuite et pertinente sur des questions qu’ils peuvent poser précisément sur leur problématique, avec de l’entraide, où il y a des investisseurs qui ont un peu d’expérience quand même qui sont sur le groupe qui peuvent les aider, ou moi même qui y passe gratuitement quelquefois leur donner des conseils.

Donc il n’y a que 4% des lecteurs du livre qui vont jusqu’à en profiter. Donc je pense que parmi tous ces investisseurs qui se renseignent, il y en a beaucoup qui se renseignent, que ça fait rêver etc. Mais il y en a peut être pas tant que ça qui passent à l’action en termes de proportion. Donc ça c’est le premier élément qui me rassure.

La question de l’âge des investisseurs en immobilier locatif.

Le deuxième élément que je trouve assez rassurant  sur le fait qu’il n’y a pas finalement trop d’investisseurs en immobilier locatif, c’est que finalement je pense qu’effectivement on a aujourd’hui plus d’investisseurs de moins de 40 ans qu’avant. Pourquoi ?

Parce qu’aujourd’hui, avec Internet l’information est facilement accessible on regarde des vidéos sur YouTube, on lit mon livre par exemple. Donc pour gratuitement ou pour pas cher, on a accès à l’information.  il y a encore 15 ou 20 ans, cette information sur l’investissement immobilier locatif, on se l’échangeait dans des cercles d’initiés. Il fallait par exemple avoir certaines connaissances, avoir un certain milieu social pour arriver à y accéder. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Donc je pense que les investisseurs de moins de 40 ans qui s’informent, on va en avoir beaucoup plus qu’avant.

Par contre des investisseurs de plus de 40 ans qui ne vont pas tant que ça traîner sur Internet ou voir des vidéos YouTube, finalement il n’y en a pas plus qu’avant. Or, ça fait quand même sur le marché immobilier dans son ensemble une belle partie de ceux qui ont du pouvoir d’achat. Donc à mon sens, oui il y a un peu plus d’investisseurs immobiliers qu’avant. De la à que le marché soit saturé, je ne pense pas.

Attention à quelques niches vantées ça et là, qui ne sont pas la panacée dans certaines circonstances.

Par contre il faut faire attention sur certaines niches. Par exemple dans une ville de moins de 100.000 habitants, si tout le monde se met à faire de la colocation comme c’est à la mode en ce moment, au bout d’un moment il va y avoir un problème de saturation du marché. J’explique ça dans une vidéo où j’explique que la colocation ou la location saisonnière, ce n’est pas forcément toujours la panacée en tout lieu et en tout temps.

Des disparités entre les villes…

Par ailleurs, il y a certaines villes où le marché peut être un peu plus saturé que d’autres,  et puis certaines villes où il ne l’est pas. Donc globalement, il faut aussi arriver à évoluer dans son marché. Et puis, après il y a le marché qui évolue dans son ensemble en termes de prix d’appétence etc. On va dire indépendamment des investisseurs locatifs. Il y a aussi les gens qui achètent leur résidence principale etc.

…et des facteurs conjoncturels.

Moi je trouve qu’aujourd’hui par exemple c’est un peu plus dur qu’il y a deux ans d’acheter à bon prix. Ce n’est pas infaisable, mais dans mon quartier c’est un peu plus difficile. Je trouvais que c’était plus facile il y a deux ou trois ans, mais ça ce n’est pas forcément parce qu’il n’y a plus d’investisseurs locatifs, c’est parce que le marché est un peu plus difficile en ce moment. Peut -être que ce ne sera plus le cas dans un ou deux ans.

Conclusion.

Donc, maintenant s’il y a trop d’investisseurs, finalement vous le saurez le jour où il n’y aura plus d’investissements rentables nulle part. S’il y a trop d’investisseurs à un endroit, vous le voyez vite parce que finalement vous ne trouvez plus rien dans ce marché là. Mais quand on dit trop d’investisseurs, c’est un investisseur au sens large. Ces gens qui achètent de l’immobilier, ce n’est pas forcément des investisseurs en immobilier locatif. Voilà pour essayer de répondre un peu globalement à cette question.


8 thoughts on “Y-a-t-il désormais trop d’investisseurs en immobilier ?

  1. Xavier Morillon

    Bonjour, votre livre est très informatif et très bien structuré. On y apprend plein de choses. Faut il pour autant passer à l’acte? Le prix d’achat dans les villes moyennes est trop haut, ça rogne la rentabilité et surtout la valeur patrimoniale du bien n’est pas garantie. 3000€/ m2 dans des petites villes sans activité économique.. c‘est trop cher et pas tenable.

    Répondre
    1. Julien DelagrandanneJulien Delagrandanne Poster auteur

      Il y a aussi beaucoup de villes moyennes (100 à 200 000 habitants) avec une certaine activité économique, où les prix sont inférieurs à 2000 €/m2 (ou à 1500 €/m2 dans de bons quartiers hors centre-ville)
      On peut certes prendre un cas particulier et généraliser à partir de celui-ci. Mais ce n’est pas très constructif, et la réalité à considérer est sûrement plutôt que « tout n’est pas achetable partout », mais qu’on est encore assez loin du « zéro opportunité en France ».
      Quant à la difficulté de recherche, elle est certes plus élevée en ce printemps 2019 qu’il y a 2-3 ans. Seul ceux qui y consacrent le + d’effort (sans se décourager après quelques semaines ou mois de recherche infructueuse) trouvent des choses intéressantes.

      Répondre
  2. Julien

    Bonjour,
    Il y a peu, j’ai commencé à m’intéresser à des moyens pour accéder à l’indépendance financière, dont l’investissement locatif. J’ai acheté plusieurs livres dont le votre, et comme vous le dite, il y a une grande différence entre se documenter et passer à l’action. Je viens de découvrir votre blog par le biais d’Epargnant 3.0 (interview que vous avez donné). Je suis très frileux quand je parle d’argent mais la lecture du livre d’Olivier Seban m’a permis de reprendre confiance. Depuis je me fixe des objectifs, j’ai récemment fini par la formation d’Edouard Petit que j’ai mis en oeuvre (Il y a quelques mois je n’aurais jamais pu faire cela). Et maintenant l’investissement locatif, mais je manque d’informations sur la fiscalité et j’avoue que cela me bloque un peu. Mais j’ai cru comprendre que vous en parliez dans votre livre ce qui n’est pas le cas de plusieurs livres parlant du sujet. Avec toutes les formations que l’on voit, j’avais peur que cela prennent de l’ampleur mais lorsque je parle de ce que je veux faire nombreuses sont les personnes qui me demandent d’arrêter car trop risqué, du coup dans un certain sens ça me rassure 😛

    Répondre
  3. Nicolas

    Bonjour Julien.
    Article intéressant.
    Je suis en phase avec vous sur le % de gens qui passent vraiment à l’action, c’est pareil sur le e-commerce par ex.

    En revanche pas sûr que vou ayez raison sur le fait que les 40+ n’utilisent pas les ressources internet pour se former et passer à l’action. Sans données difficile à dire. Mon ressenti c’est que les seniors (même après 70 ans) utilisent bcp internet pour tous les usages, notamment la prise d’informations et la formation.
    Et jusqu’à 65 ans il est possible de faire des investissements locatifs (avec du cash vs emprunt des banques)

    Répondre
  4. Antoine

    Bonjour,
    J’ai dévoré votre livre sur l’immobilier et je m’attaque à celui sur la bourse.
    Dites moi, je vie en Guyane française depuis peu, est-il possible d’acheter des bien en France et de les gérer avec la distance ou est-il préférable de les mettre en agences ?

    Merci vivement et votre blog est super instructif

    Répondre
    1. Julien DelagrandanneJulien Delagrandanne Poster auteur

      Quand on est vraiment à distance (en tout cas une distance telle que celle que vous mentionnez), il n’y a à mon sens guère d’autre solutions que de les mettre en agence, ne serait-ce que pour gérér visites, etc. Sinon à mon sens, ça complique trop.

      Répondre
  5. Fabrice

    Bonjour Julien

    tu parles dans ton article d’un groupe d’entraide sur Facebook qui s’est crée , pourrais tu me donner le lien stp ?
    merci d’avance

    Répondre

Répondre à Antoine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.