Mon Avis sur les GAFA : faut-il investir aujourd’hui ?

Les GAFAs sont en croissance et révolutionnent le monde. En contrepartie, elles ont souvent des cours élevés, qui ont déjà fortement augmenté ces dernières années et qui sont chers en termes de ratio de valorisation. Quel est mon avis aujourd’hui sur l’opportunité d’y investir ?

 

Facebook.

Note : cet article a été écrit avant (mais publié après) l’affaire Cambridge Analytics, mais ça ne change rien à la teneur de mon propos.

Facebook est parmi les 4 GAFAs, l’entreprise que j’apprécierais le moins pour investir aujourd’hui. Les barrières à l’entrée de facebook me semblent de plus en plus fragiles :

  • Les jeunes ne s’inscrivent pas ou plus sur ce réseau parce que leurs parents y sont. Ils préfèrent d’autres réseaux sociaux comme Instagram, Snap. Oui, mais Facebook a racheté Instagram pour cela allez-vous me dire. La question que je vous rétorquerai alors est : Croyez-vous qu’Instagram est aussi facilement monétisable et a autant de potentiel sur ce plan là que Facebook ? Pour ma part, je ne le pense pas.
  • Ceux qui utilisaient le plus facebook au départ et qui ont désormais entre 30 et 40 ans aujourd’hui ne l’utilisent plus de la même façon qu’à l’époque. Au départ, nous nous connections par réflexe une fois pour jour pour avoir des nouvelles de nos amis qui postaient régulièrement des nouvelles personnelles de leur vie. Aujourd’hui, quand j’observe mon comportement ou celui de mes amis, la connexion est plutôt hebdomadaire que quotidienne. Pourquoi ? Parce que presque aucune information personnelle n’est partagée : dans le fil d’actualités, il y a les amis qui repartagent des vidéos virales, ceux qui font de la politique, et les pubs sponsorisées de facebook.

Apple.

En termes de ratios de valorisations habituels Prix / Valeur, Apple est celle des 4 qui a de loin les multiples les plus faibles. C’est en théorie la seule à laquelle devraient jeter un oeil les investisseurs value.

Normalement un fabricant de téléphones ne devrait pas arriver à tenir des marges aussi élevées aussi longtemps. Mais Apple a réussi à le faire jusque-là ? Y arrivera-t-elle encore plusieurs années ou les gens finiront par se rendre compte un jour qu’il peuvent avoir quasiment le même téléphone pour 3 fois moins cher sous Androïd ?

J’ai déjà été investi dans Apple à un cours inférieur, mais ne suis plus actionnaire au cours actuel. En effet, même si c’est la première de ces 2 choses qui s’est produite jusque-là, mon esprit rationnel n’arrive pas à m’empêcher d’envisager l’éventualité que ce soit la seconde qui se produise un jour.

Google.

Pour Google, c’est un bon business. Ceci dit, je n’investirais pas dessus.

En effet, je lui préfère Baidu. Comme je l’expliquais dans l’article consacré à Baidu, vous avez-là un business similaire à Google spécifique au marché chinois. Avantage : les ratios de valorisation sont beaucoup moins élevés, et le la croissance est dans une phase moins avancée que Google, donc le potentiel de croissance restant plus important pour celui qui investit aujourd’hui.

Amazon.

Amazon et son PER à  chiffres (200 ou 300). Eh bien, croyez le ou non c’est ma préférée !. Mais ce n’est qu’une analyse intuitive : Jeffe Bezos choisit de ne pas faire de résultat aujourd’hui et réinvestit tout dans la croissance.
Parmi les investisseurs dans la valeur, tous ne sont pas d’accord entre eux :

  • Certains jugent Amazon hors de prix.
  • D’autres comme les canadiens de Barrage Capital, qui affichent pourtant ouvertement une philosophie d’investissement value, en ont un portefeuille et estiment sa fair-value à 1650 $/action.

Quant à moi, même si c’est ma préférée des quatre, ne suis-je pas biaisé ? Sans Amazon, je ne serai pas l’écrivain reconnu de livres d’investissement que je suis. N’y a-t-il pas un aspect émotionnel dans mon choix, alors que les émotions sont l’ennemi de l’investir en bourse ?

Et vous êtes vous investi dans l’une des GAFAs ? Si oui, laquelle et pourquoi ?

Pour creuser la question, le livre : The four – Le règne des quatre : la face cachée d’Amazon, Apple, Facebook et Google.

 

Mon Avis sur les GAFA : faut-il investir aujourd’hui ?
4.5 (90%) 2 votes


4 thoughts on “Mon Avis sur les GAFA : faut-il investir aujourd’hui ?

  1. Jean

    Je ne m’engagerais pas sur les GAFA en ce moment, difficile d’imaginer que leurs prix vont encore beaucoup monter… Personnellement je suis en train de revendre mes actions de tech US petit à petit (je ne conserverais qu’un peu d’Adobe, Nvidia et Paypal).
    Je vais me focaliser sur le marché français sur les prochains mois où l’on trouve encore quelques belles sociétés à bon prix (Derichebourg par exemple).
    Vous souhaitant de bons investissements 🙂

    Répondre
  2. Landais

    Pour moi, ce sont Facebook et Google qui sortent du lot. Ils ont ce truc en plus, cette croissance ultra rentable et beaucoup de perspectives d’avenir.
    En plus, quand on regarde bien je trouve Facebook est à un prix tout à fait raisonnable.

    Répondre
    1. Julien DelagrandanneJulien Delagrandanne Poster auteur

      On voit sur ce graphique qui fait écho à mes propos que facebook est le réseau social dont les gens, et en particulier les plus jeunes, seraient prêts à débrancher le plus facilement :
      Investir GAFA et FAANG

      Répondre
  3. Stéphane

    Je suis d’accord avec vous sur le fait que FACEBOOK attire de moins en moins de trafic pour la jeunesse. Néanmoins, cette société a une capacité à innover impressionnante, avec toujours de nouvelles fonctionnalités. Un site de rencontre va prochainement arriver, le marché a d’ailleurs taclé MATCH GROUP (meetic, tinder) à cette annonce. Le jour où un moteur de recherche type GOOGLE arrivera sur l’application où que l’on pourra faire d’autres choses innovantes, le trafic reprendra. Je pense que le modèle de départ qui consistait dans le partage de vidéos et photos personnelles est révolu mais vu la capacité à innover de cette entreprise, je pense que son avenir n’est pas en déclin, grâce à la R&D.
    Pour les autres, je les trouve aussi surcôté.
    AMAZON est de plus en plus dans le viseur des politiques vis à vis de sa position fiscale opportuniste et une simple taxe dans toute l’UE sur les frais de livraison, et c’est le système qui prend la douche froide

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.