S’inspirer de mentors ou super-investisseurs en bourse

Suivre les meilleurs investisseurs en bourse et les prendre comme mentor est une stratégie intéressante. Copier le portefeuille de ces super-investisseurs ou autre gourous de la bourse, s’inspirer de leur méthodes sont des atouts pour une bonne gestion.

 

Comme je l’expliquais dans un contexte plus général dans la méditation S’asseoir sur les épaules des géants, il peut être opportun de s’inspirer de mentors ou de Super-Investisseurs pour gérer un portefeuille d’investissement boursier. Pour faire cela, il y a 3 axes sur lesquelles il est possible de travailler.

1. Les citations ou les extraits d’Interviews des meilleurs investisseurs.

Je vous expliquais dans Investir en bourse : styles gagnants, styles perdants que je gardais sur Evernote un carnet d’investissement où je notais tous mes achats et ventes d’actions avec la raison sous-jacente à cet achat ou cette vente : d’une part, cela oblige nous oblige à faire un « pitch » à chaque fois et limite les décisions irrationnelles/émotionnelles souvent si coûteuses en bourse. D’autre part, après quelques années d’expérience, ce carnet devient un actif inestimable puisqu’il nous permet d’analyser rétrospectivement nos erreurs et nos réussites, et donc de progresser dans notre démarche.

Mais ce n’est pas le seul outil que je range sous Evernote. En effet,  j’y ai également un autre dossier où je note  mes citations préférées des grands investisseurs que je relis à intervalle réguliers pour m’en imprégner. En voici quelques-uns de mes préférées (en en choisissant de différentes de celles que j’avais reprises dans mon livre)  :

  • « Investir est fun, excitant, et…dangereux si on ne fournit aucun travail » , Peter Lynch.
  • « Les 4 mots les plus dangereux en investissement sont : « cette fois, c’est différent » « , Sir John Templeton.
  • « Si vous voulez avoir une performance supérieure à celle de la foule, vous devez faire quelque chose de différent de la foule », Sir John Templeton.
  • « Je vois constamment les gens qui montent dans la vie alors qu’ils ne sont ni les plus intelligents, ni même parfois les plus diligents, mais ils sont des machines à apprendre . Ils vont au lit chaque soir un peu plus sage que ce qu’ils étaient quand ils se sont levés, et  garçon cela aide ! En particulier quand vous avez un long chemin devant vous. », Charles Munger
  • « L’investissement est un subtil mélange d’arrogance et d’humilité », Seth Klarman. NDLA : l’humilité c’est reconnaître qu’on ne peut pas tout comprendre, et que certaines situations sont en dehors de notre cercle de compétence ou de nos capacités de compréhension. L’arrogance, c’est savoir agir contre la foule (et donc avec une décote quand on achète) lorsqu’on est à l’aise avec notre raisonnement.
  • « Je pense que l’analyse [évaluation] est en fait la partie facile. Quand je parle à des étudiants d’école de commerce, je leur dis qu’investir est l’intersection entre l’économie et la psychologie. L’économie, l’évaluation d’une entreprise, ce n’est pas si difficile. La psychologie combien vous en achetez ? L‘achetez-vous à ce prix ? Attendez-vous  un prix inférieur? Que faites-vous quand il semble que la fin du monde est proche ? Ces choses sont plus difficiles et savoir si vous vous en tenez là ou achetez plus, ou si quelque chose a légitimement mal tourné et que vous avez besoin de vendre, ce sont des choses plus difficiles : vous les apprenez avec l’expérience, et vous les apprenez en premier lieu si vous avez la condition psychologique adéquate. », Seth Klarman
  • « L’investissement concentré implique moins de risques de perte permanente aussi longtemps que vous maintenez une connaissance supérieure des sociétés que vous possédez. », Bruce Berkowitz.
  • « Quand je l’ai  rencontré, l’une des choses qu’il m’a suggéré était de d’investir comme si on vous avait donné une carte de transport avec seulement 20  poinçons pour toute votre vie. Vous ne pourriez prendre que 20 décisions d’investissement, et à la fin de ces 20 mouvements vous seriez obligés d’arrêter. Raisonner de cette façon aide vraiment, car cela vous oblige à être très prudent et avoir beaucoup de conviction sur les investissements que vous décidez de faire », Lou Simpson à propose de Warren Buffett
  • « Il y a une peur de l’avenir, mais je ne comprends pas les maths qui sont appliqués à la prévision de l’avenir. Je  sais par contre que la peur se reflète dans le prix que vous payez pour Bank of America » …, Bruce Berkowitz (2011)
  • Et enfin une dernière, relativement  délicieuse dans un contexte où depuis 6 semaines d’affilée les indices, et notamment le CAC40, n’en finissent pas de monter à vitesse grand V. « Rien n’anesthésie autant la rationalité que de grandes doses d’argent gagné sans effort. Après une expérience de ce type, des gens apparemment normaux commencent à se comporter comme Cendrillon au bal. Ils savent que de rester à la fête – c’est-à-dire, continuer de spéculer sur des entreprises qui ont des valorisations énormes par rapport au cash-flow qu’elles pourront générer à l’avenir – ne va finir qu’avec des citrouilles et des rats. Mais ils ne voudraient pas rater une minute de cette fête fabuleuse. Ainsi, ces participants pris de boisson prévoient tous de quitter la fête quelques secondes avant minuit. Il y a juste un problème : dans la pièce où ils sont, les horloges n’ont pas d’aiguilles. », Warren Buffett (2000)

Si cette liste ne vous suffit pas et que vous lisez l’anglais, le site Quotewise est fait pour vous : il recense les citations de « sages », et surtout il a le mérite de les classer dans le menu gauche ces « sages » en 3 catégories : auteurs, entrepreneurs, investisseurs. Mon petit doigt me dit que certaines de ces catégories si ce n’est toutes devraient vous intéresser particulièrement… Bref, un site idéal pour une petite pause prise de recul et enrichissement mental !

2. Les sites reprenant les portefeuilles des meilleurs investisseurs en bourse et autres mentors.

Deux sites gratuits reprennent les portefeuilles de « super-investisseurs » (entendez par là des investisseurs qui ont prouvé par le passé sur un historique long, avoir fait des performances supérieures à la moyenne) :

  • Dataroma, où sur la page http://www.dataroma.com/m/managers.php, vous pouvez retrouver les portefeuilles d’investisseurs de renom.
  • Gurufocus, où vous pouvez trouver en partie gratuite les derniers mouvements d’investisseurs de renom (avec un décalage temporel de 1 à 3 mois).

Ces 2 sites ont plutôt un penchant pour les investisseurs Value. Décidément alors que ces derniers peuvent également profiter en France des offres – certes payantes mais au demeurant de très bonne facture – des daubasses ou de L’investisseur Français, les investisseurs plutôt orientés GARP doivent se sentir quant à eux bien délaissés.

Qu’à cela ne tienne. La rubrique Ultimate Stock Pickers de Morningstar est faite pour eux. Jugez par vous-mêmes : les achats/ventes du dernier trimestre d’investisseurs soigneusement sélectionnés dont la gestion est orientée GARP, et les entreprises qui font poids dans leur portefeuilles. Pour chacune d’entre elles, vous aurez  droit en sus à la robustesse de l’avantage concurrentiel  noté par Morningstar (no moat, narrow-moat, wide-moat), et la valeur intrinsèque estimée par les analystes de Morningstar pour chacune des entreprises mentionnées. Et le tout gratuitement ! Vous pouvez même vous inscrire en version gratuite à leur site pour que vous soyez averti par e-mail des nouvelles publications de la rubrique Ultimate Stock Pickers…

3. Lire des biographies d’investisseurs de génie.

La dernière façon de s’inspirer de ces mentors pour améliorer sa méthode d’investissement en bourse est de lire leurs biographies. Pour les investisseurs qui ont écrit des livres sur leurs méthodes d’investissement, l’idée de lire ceux-ci vient en effet assez naturellement. L’idée de lire des biographies d’investisseurs-entrepreneurs ou d’entrepreneurs vient par contre parfois un peu moins directement.

Pourtant, comme disait Benjamin Graham un bon entrepreneur raisonne en investisseur et un bon investisseur raisonne en entrepreneur. J’irais même plus loin en disant que l‘investissement – qu’il soit en bourse ou en immobilier – est tout simplement une façon d’entreprendre. D’ailleurs, preuve en est : ceux qui s’y lancent ne font-ils pas plutôt partie d’une minorité, alors que la majorité a quant à elle plutôt un état d’esprit de salarié que d’entrepreneur ?

La source se trouve à travers des livres, ou éventuellement d’interviews de ces investisseurs qu’on trouve sur le web. On en trouve même parfois sur des blogs francophones comme cette interview de Jim Rogers sur le blog de mon ami Tanguy.

Quelques exemples de biographies qui seront à mon avis enrichissantes à lire dans cette optique pour un investisseur en bourse :

  • En français :

Ce n’est pas vraiment une biographie, mais dans ce livre Battre Wall Street(qui existe depuis longtemps en anglais mais sort tout juste en français), Peter Lynch récite l’histoire de ses glorieux investissements. C’est un excellent complément pour ceux qui ont aimé Et si vous en saviez assez pour gagner en Bourse, un peu comme l’exemple numérique qui suivrait l’explication d’une formule mathématique.

 

  • En anglais :

 

S’inspirer de mentors ou super-investisseurs en bourse
Notez cet article


4 thoughts on “S’inspirer de mentors ou super-investisseurs en bourse

  1. Céline
    J’apprécie toujours ce genre d’articles. Je pense qu’on devrait lire une citation tous le matin d’un grand de ce monde ou de l’histoire !
    Répondre
  2. Raph M
    Warren Buffett est pour moi le maître de la Bourse, il est clairement l’investisseur dont je m’inspire le plus, c’est une vrai source de motivation au quotidien. J’ai lu plusieurs de ses livres et de nombreux articles à son sujet.

    J’aimerais également parler du « social trading », cette nouvelle forme de trading où l’on peut suivre les trades de traders expérimentés afin d’affiner sa stratégie boursière. De plus en plus de brokers proposent cet outil performant.

    Répondre
  3. chris
    D’une part, des crises financières successives que nous avons connues à partir de 2007, une place financière est restée robuste et décorrélée de cette crise : celle des marchés africains. Les investisseurs à la recherche de rendement se sont naturellement tournés vers l’Afrique. Mais ils ont tout de suite dû faire face à un problème majeur : le manque d’information sur ces marchés et sur les sociétés qui y sont cotées.
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *