Comment mettre les actions non-européennes en PEA : l’astuce oubliée.

Le PEA est une enveloppe à la fiscalité intéressante, puisque seuls les prélèvements sociaux sont dûs sur la plus-value, et qui plus est seulement en sortie. La contrepartie à cette fiscalité avantageuse est que le PEA est restreint : par son plafond de 150 k€, mais surtout parce que vous ne pouvez y loger que des titres d’entreprises ayant leur siège dans la communauté européenne. Et pourtant, il y un moyen détourné d’inclure des actions américaines, chinoises, ou mondiales dans un PEA : en achetant un panier via un ETF (ou tracker).

Le principe de l’ETF synthétique.

Les ETF qui investissent au moins à 75% dans l’Union Européenne, sont par nature éligibles au PEA.

Mais certains ETF qui ne répondent pas à ce critère, du fait de leur structure particulière (on les appelle des ETF synthétiques), permettent d’être exposé aux actions non-européennes tout en étant éligibles au PEA.

Comment savoir si un ETF est éligible au PEA ?

Les ETF disponibles pour les investisseurs français sont référencés par Euronext.

Pour vérifier leur éligibilité, vous pouvez cliquer sur l’ETF qui vous intéresse, puis sur l’onglet caractéristiques. Dans la rubrique « Fees and segmentation », l’éligibilité ou non au PEA est alors précisée.

Ceci peut cependant être un peu long. L’alternative est de recourir à un fournisseur d’ETF qui utilise le mot PEA dans le nom de sa gamme dédiée, comme Lyxor. Ainsi, les ETFs suivants de la gamme Lyxor sont éligibles au PEA :

  • Lyxor PEA
  • Lyxor PEA S&P 500
  • Lyxor Japon

Quelques exemples de stratégies pour placer des actions européennes en PEA via ETF.

Si comme moi, vous préférez les titres vifs aux ETFs, il est possible que vous soyez déjà exposé à l’Europe au sein de votre PEA via des titres vifs. Une stratégie intéressante peut alors être d’utiliser un tracker monde excluant l’Europe. Vous avez par exemple comme ETF répondant à cette définition, et qui est PEAable,  Amundi MSCI World ex Europe.

Les petits portefeuilles, investisseurs plaçant que des sommes assez faibles en bourse, et qui ne jugent pas utiles d’ouvrir un CEO en sus de leur PEA, pourront inclure dans un PEA un ETF monde, S&P500, ou Monde ex-Europe. La diversification à l’internationale apporte en effet une réduction du risque sur le portefeuille.

En savoir plus sur les ETF.

Pour creuser et aller plus loin sur le sujet des ETFs, vous pouvez relire ici mon interview du spécialiste français des ETFs, Edouard Petit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.