Les 2 phases d’erreurs dans la vie d’un investisseur immobilier

Les erreurs de l’investisseur immobilier

Nous allons parler d’erreurs de l’investisseur immobilier, mais sans chercher à être exhaustif sur l’ensemble des erreurs que peut faire un investisseur.

Cet article est la transcription d’une vidéo qui m’est venue  en réfléchissant à ma propre expérience, et un constat que j’ai alors fait. Je ne sais pas si ceci est transposable à tous les investisseurs, mais j’ai remarqué dans ma propre ma vie d’investisseur immobilier locatif  on distingue en pratique deux phases à ce sujet.

La 1er phase de l’investisseur immobilier : les erreurs d’action.

Une première phase dans la première partie où j’ai commencé à investir dans l’immobilier. Où, si j’essaie de faire une rétrospective, mes erreurs auront finalement été des erreurs d’action.

En pratique, je ne les ai pas faites, mais parfois, je suis passé très près. Et si je le avais faites, peut être que je ne serais pas là à vous parler pour avoir écrit les livres L’investissement immobilier locatif intelligent et 77 Exercices Pratiques pour l’Investisseur Intelligent, et vous parlez dans ces vidéos.

En gros, ces erreurs d’action, c’est que je ne suis passé pas très loin d’acheter un bien qui aurait été pourri, qui aurait été trop cher, qui m’aurait bloqué pour le reste… Bref un bien immobilier qui in fine aurait été un mauvais plan.

Juste parce que je voulais agir !

Certes, il ne faut pas attendre le bien parfait, car sinon on n’agit jamais ! Mais inversement, il ne faut non plus agir avec un bien qui coche trop peu de cases, juste parce que vous vous êtes fixé pour objectif sur le papier d’absolument agir avant le 31/xx/xxxx.

Pour revenir à mon histoire, je voulais agir… À  partir du moment où j’avais décidé d’agir, je me disais : eh bien maintenant, il faut y aller, plus je perd du temps, plus tard, je finirai !

Mes erreurs personnelles d’investisseur immobilier : pas faites, mais pas loin…

Finalement dans cette première partie d’investisseur, même si j’ai eu la chance en pratique de ne pas faire d’erreurs, je ne suis pas passé très loin. J’ai notamment un ou deux souvenirs, où parfois, quand je repasse devant certains biens sur lesquels j’étais passé à 2 doigts d’acheter, je me dis “Oulla, t’aurais fait une belle connerie !”

Dans cette 1ère phase, ce sont donc plutôt des erreurs d’actions que l’on peut faire. C’est à dire vouloir agir trop vite. Ne pas être assez formé, ne pas avoir assez de recul et puis faire une action…

Moi, ce n’est pas mon exemple, mais souvent quand je vois des jeunes investisseurs, ce qui me fait parfois un peu peur, c’est le projet trop gros. On attaque directement par l’immeuble de rapport où le montant des travaux est supérieur au prix de l’immeuble. Parfois même  dans un petit village un peu paumé… Je grossis certes un peu le trait, mais je pense que vous voyez ce que je veux dire.

La 2ne phase de l’investisseur immobilier: les erreurs d’inaction.

Alors après, quand je passe dans la deuxième phase de ma  vie d’investisseur immobilier, les erreurs que j’ai faites sont finalement plutôt des erreurs d’inaction.

C’est à dire que ce sont des achats que je regrette de ne pas avoir effectué.

Soit parce que j’ai eu un petit temps d’hésitation en me déplaçant un jour trop tard. Ou parce que je n’ai pas voulu en faire deux en même temps, parce que j’en avais un autre sur le feu et que je voulais pas les enchainer trop vite.

Donc, il y a là a deux ou trois lots où je me dis que ceux-là, j’aurais dû les acquérir. Et je les regrette aujourd’hui.

La frontière entre les 2 phases de l’investisseur immobilier : un enjeu important, mais  une estimation difficile !

Il peut donc y avoir ces deux phases d’erreur dans la vie d’un investisseur immobilier.

Et finalement, le passage de l’une à l’autre va être lié à votre degré d’expérience, votre degré de maturité, votre degré de formation à l’immobilier locatif.

Et ce n’est pas évident parce que, comme  j’ai expliqué, si vous vous croyez trop tôt arrivé en phase 2, vous pouvez faire des erreurs d’action alors que vous pensez être dans la phase où les erreurs sont des erreurs d’inaction.

Je voulais donc vous partager un peu cette expérience personnelle, qui sont un peu plus philosophiques et moins concrètes que celles qui sont dans les livres, mais qui je pense peuvent alimenter vos réflexions d’investisseur immobilier.

 

Les livres de Julien Delagrandanne :




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.