Pourquoi commencer à investir le + jeune possible?

Investir son argent ou dans l’immobilier jeune.

Alors aujourd’hui, on va voir pourquoi il faut commencer à investir le plus jeune possible, que ce soit en bourse ou en immobilier, et on va surtout le démontrer à travers des exemples. Parce qu’on ne dit pas juste les choses comme ça, on aime bien démontrer sur mon blog et ma chaîne avec des exemples concrets.

Aucun des 2000 milles livres consacrés à Warren Buffett n’a un titre pertinent !

Il y a deux mille livres qui sont consacrés à peu près à comment Warren Buffett a bâti sa fortune et aucun n’a un titre adéquat…

D’ailleurs, je ne fais pas exception à la règle avec mon dernier livre :  L’Allocateur Rebelle, un petit roman qui met en scène la rencontre d’un jeune avec un mentor fortement inspiré de Warren Buffett.

Parmi ces 2000 livres qui expliquent tous comment Warren Buffet a bâti sa fortune, se montant à peu près 85 milliards de dollars à l’heure actuelle, tous se focalisent finalement sur ses compétences d’investisseur, investisseur de génie et entrepreneur de génie, etc. Et en  fait, quand ils disent ça, tous ses livres, sans exception, loupent un point essentiel de la façon dont il a bâti sa fortune.

Alors, on va essayer de reprendre un peu l’histoire à l’envers. Warren Buffett a commencé à investir très jeune, puisqu’il a commencé à l’âge de 10 ans. À 30 ans, il possédait environ un million de dollars. Il y a eu de l’inflation depuis, et un million de dollars à  l’époque, c’est l’équivalent d’à peu près 10 millions actuels.

10 millions actuels, c’est l’ordre de grandeur de sa fortune à 30 ans et aujourd’hui, à près de 90 ans, il est à 85 milliards de dollars.

Le secret de la richesse de Warren Buffett explique en partie l’intérêt d’investir jeune.

Alors, essayons de refaire l’histoire. Et imaginons que Warren Buffett ait eu les mêmes compétences d’investisseur, mais en étant quelqu’un d’un peu moins bizarre… C’est à dire qu’il n’ait pas commencé à investir si jeune. Disons qu’à 10 ans, il faisait mumuse avec les petits copains, à 15 ans il s’occupait des filles, entre 20 et 30 ans, il parcourait le monde…

Et imaginons qu’il arrive à l’âge de 30 ans avec 25.000 dollars en poche et que ce soit le moment où il commence à investir. Après, on va imaginer qu’il a le même rendement annuel qu’il a eu dans sa vie d’investisseur, donc qu’il ait  des compétences d’investisseur exceptionnelles qui lui ont permis de composer sa fortune à un rendement annuel de 22% et qu’il ait fait ça jusqu’à 60 ans. Et puis après, à 60 ans, il décide que c’est le temps de profiter de sa retraite. Il se dit : “J’arrête, j’arrête d’investir. Je sors mes sous. Je les mets sur un compte, en cash. Et puis, je pioche chaque mois ce dont j’ai besoin”…

Eh bien sa fortune qu’il aurait de 25.000 dollars à 30 ans… À 60 ans, avec le même rendement moyen exceptionnel qu’il a eu au cours de sa vie d’investisseur appliqué à la période entre ses 30 ans et ses 60 ans, sa fortune serait de 12 millions de dollars à 60 ans. Ce qui est tout à fait respectable. Mais à ce moment-là, personne n’aurait jamais entendu parler de Warren Buffett !

Il a certes une très bonne compétence d’investissement puisque un rendement annuel de 22% sur la durée est quand même quelque chose de très bien et d’exceptionnel. Mais son plus grand secret de cette fortune si immense acquise par la Bourse, c’est la longévité. C’est le temps ! C’est finalement d’avoir su composer à ses 22% de performance annuelle pendant près de trois quarts de siècle.

Pourtant, évidemment, je ne vous cache pas que parmi les 2000 livres consacrés à Warren Buffett que j’ai cités, aucun n’était titré :

“Ce gars-là a eu une performance consistante dans le marché pendant près de trois quarts de siècle et c’est ce qui explique le plus sa fortune actuelle”.

 

Je fais un petit clin d’œil au livre The Psychology of Money, dont j’ai tiré l’exemple sur Buffet.

Les intérêts composés ne sont intéressants que sur la durée. Et donc plus on commence à investir jeune…

Mais en fait, c’est bien  le phénomène des intérêts composés qui est la clé de sa fortune. Et plus ça dure, plus c’est intéressant. Et plus on commence jeune, plus ce phénomène va pouvoir développer sa puissance, , plus ses intérêts composés vont être intéressants.

Alors ça a d’autres enseignements, au-delà du fait de composer, de commencer jeune à investir. Ça peut en avoir sur vos stratégies en Bourse ou en immobilier. En fait, les intérêts composés, ça fait une sorte de phénomène un peu exponentiel et notre cerveau n’est pas habitué à raisonner comme ça. C’est une sorte de biais cognitif.

Le cerveau est habitué à raisonner de façon linéaire. On n’est pas codé pour appréhender correctement les phénomènes qui ne sont pas linéaires et qui ont plus de tendance exponentielle.

Notre cerveau n’est pas codé pour bien appréhender les phénomènes non-linéaires.

Le meilleur exemple, c’est dans l’informatique, l’augmentation des puissances des ordinateurs ou l’augmentation des capacités de stockage dans l’informatique.

Et ces phénomènes non linéaires sont à ce point contre-intuitifs, que même Bill Gates, qui pourtant en informatique, on ne peut pas lui reprocher de ne pas être calé et de ne pas avoir été novateur à un moment donné, s’est fait avoir notamment en 2005.

Gmail avait sorti son fameux compte fin. Google avait sorti son fameux compte Gmail, qui donnait un gigaoctet gratuit de stockage. Bill Gates a déclaré en gros : “Qui a besoin d’un giga de stockage ?” Sous-entendu, c’est inutile, c’est une fonction gratuite, mais inutile que propose la concurrence…

Aujourd’hui, on est une quinzaine d’années plus tard. Gmail offre 20 gigas de stockage et pour certains, ce n’est pas forcément suffisant. Donc il a pu se tromper.

Si on reprend ce phénomène un peu d’intérêts composés en informatique, alors c’est plus que les 22% de Buffett, car la capacité de stockage a évalué de 3 kilo octets une disquette en 1990 a aujourd’hui des disques durs de 3 téraoctets à peu près. Pour ce qui est des prix corrects, accessibles au commun des mortels.

Et ça, finalement, c’est la représentation de quelque chose qui double tous les ans, donc d’un rendement annuel de 100%, on passe de 3 kilos. La disquette de 3 kilos, 3 kilos et demi octets en 1990, aux disques durs de 3 téraoctets aujourd’hui, ce qui est un milliard de fois plus que ce qu’on avait il y a trente ans. Et voilà effectivement un doublement tous les ans, ce que ça donne à l’arrivée.

Pourquoi commencer à investir le plus jeune possible, que ce soit en immobilier ou en bourse ?

Alors voilà pourquoi vous avez tout intérêt à commencer à investir le plus jeune possible :  puisque vous aurez le plus de temps devant vous pour pouvoir vous nourrir de ce phénomène d’intérêt composé et lui laisser son temps de faire son effet !

Quelques leçons supplémentaires pour les moins jeunes.

Ça peut aussi avoir quelques leçons en Bourse y compris pour les moins jeunes investisseurs, puisque on voit que parfois, les rotations de portefeuille un peu trop fréquentes sont contreproductives. Moi, je vois que la mode des gens qui vont vendre des formations en Bourse ils appellent ca Trading, etc. Et vendent des allers retours, voire des robots. Bah oui, parce qu’il faut bien vendre des mouvements, etc. Mais ce n’est pas comme ça qu’on s’enrichit en Bourse. Vous allez vous enrichir en Bourse quand vous avez identifié une entreprise qui fait de la croissance, qui fait de la croissance rentable. Et puis, que vous laissez le temps au temps.

Une bonne formation en bourse qui vous enrichira est une formation bourse basée sur l’analyse fondamentale, mais malheureusement ce ne sont pas celles là qui prolifèrent majoritairement dans les tréfonds du web…

Les intérêts composés jouent leur rôle si vous arrivez à trouver des entreprises qui arrivent à faire 20% de rentabilité et que vous laissez des dizaines d’années derrière, vous allez avoir un investissement à l’arrivée très rentable. Changer sans arrêt, acheter une entreprise pour la revendre six mois après pour en racheter une autre, pour la revendre six mois après, c’est  compliqué puisque vous ne laissez pas le temps aux intérêts composés de faire leur œuvre.

Donc, voilà pourquoi, évidemment, que ce soit en immobilier, en Bourse, plus vous commencez à investir jeune, plus vous allez avoir d’argent jeune et plus vous allez pouvoir continuer à investir…

Le bonus supplémentaire d’investir jeune : vous former et apprendre tôt de vos erreurs…

Au-delà, vous vous formez jeunes, etc. donc vous avez acquis les techniques, Il y a vraiment  ce phénomène d’intérêt composé qui va jouer pour vous. Et finalement, on l’omet souvent dans les conseils qu’on donne parce que ce n’est pas ça qui vend. D’ailleurs, on voit les pubs des formations en immobilier, comment être rentier en 6 mois et acheter 10 apparts en 6 mois. Ce n’est pas comme ça qu’on y arrive en immobilier et laissez-vous 10 à 15 ans. Et là, vous ferez de des belles choses.

Mais le 1er intérêt de commencer à investir jeune reste de loin la puissance du facteur temps !

Mais évidemment, pour le mec qui loue un appart, qui loue une maison luxueuse avec piscine, qui loue peut-être une Ferrari pour se filmer dedans pendant 3 jours après la rendre au leurs qu’il veut vous fourguer sa formation. Ben, c’est moins vendeur de dire que l’un des secrets en investissement, c’est de se laisser du temps. Il vaut mieux essayer de vendre des méthodes miracles.

Donc, voilà l’importance de commencer jeune. C’est parce que le facteur temps, vous le voyez moins dans les livres, moins dans les formations, mais c’est un facteur fondamental en investissement.

 

Formation Bourse:formation PER investir en actions

 

outils utiles invetsissement(simulation de rendement locatif, optimisation assurance emprunteur, analyse zone d’investissement, comptes à ouvrir, comptable LMNP en ligne, etc.)



 

 

5/5 - (5 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.