Se protéger de l’inflation : les actifs à détenir dans son patrimoine.

Comment se protéger de l’inflation ?

Se protéger de l’inflation est un thème qui fait recette ces derniers temps avec la résurgence d’un niveau d’inflation que nous n’avions pas connu depuis longtemps, notamment aux Etats-Unis.

Comment protéger son patrimoine de l’inflation est pourtant un thème qui doit toujours être pris en compte dans vos décisions de placements et choix d’actifs de votre patrimoine, comme nous l’avons toujours souligné dans nos livres d’investissement.

Les actifs à détenir pour se protéger de l’inflation.

L’or, l’argent et les métaux précieux pour protéger son patrimoine de l’inflation.

Historiquement, l’or et l’argent, sont les actifs que l’on aborde en premier lieu comme protection contre l’inflation. Cela vient du fait qu’ils ont la particularité de conserver leur pouvoir d’achat.

Un Napoléon or 20F permettait de vêtir un homme de la tête au pied en moyen de gamme en 1910 comme en 2021. Le Napoléon Or de 20 francs vaut environ 290 € aujourd’hui.

De même, une pièce d’une once d’or (1400 € à ce jour) permettait d’acheter une vache en 1900, en 1960 comme grosso modo en 2021… Oui, je suis Creusois, Limousin, donc je suis forcément spécialiste émérite en vaches !  😉

Si vous aviez conservé un billet de 100 francs en 1950 ou même de 20 € en 2000, il n’aurait quant à lui pas conserver son pouvoir d’achat…

Certains considèrent même qu’en cas de scénario d’hyperinflation, l’or aurait un caractère antifragile, c’est-à-dire qu’il augmenterait encore plus que l’inflation.

Pour un patrimoine important, il est raisonnable d’avoir une allocation d’actifs en or et argent physique de l’ordre de 5 à 10%.

La difficulté peut être pour le novice de savoir où et comment acheter de l’or physique, où le conserver pour se prémunir du vol comme d’une faillite du système. Si vous vous posez ce genre de questions, vous pouvez suivre cette formation vidéo entièrement gratuite pour avoir quelques premières réponses.

Formation_gratuite_Or_&_Argent_:se protéger de l'inflation

Le bitcoin et les cryptomonnaies.

Le bitcoin a été créé avec une quantité finie dès le départ, 21 millions de bitcoin, avec le but d’apporter une alternative aux monnaies des états, que ceux-ci peuvent émettre comme ils le désirent (et ne se privent pas de faire tourner la planche à billets).

Par sa structure et philosophie même (nombre fini d’unités), se protéger de l’inflation en achetant des bitcoins pourrait faire sens. Et c’est pour cela que certains ont franchi le pas du langage en qualifiant le bitcoin d’or numérique.

Cependant, le bitcoin est encore très volatil à ce jour et n’a pas prouvé qu’il conserverait sont pouvoir d’achat, sa “valeur de monnaie”, en cas de crise et de retour d’une inflation forte.

En effet, en achetant un bitcoin aujourd’hui, vous pouvez avoir vu sa valeur chuter (ou gagner ) 33% d’ici le mois prochain : or, c’est une variation très supérieure à l’inflation contre laquelle vous cherchez à vous protéger… Qui plus est cette dernière étant plutôt à un horizon de quelques années que du mois prochain…

La juste valeur intrinsèque du bitcoin est par ailleurs difficile estimer car il y a plusieurs façons possibles de l’appréhender (voir aussi Quelle est la vraie valeur du Bitcoin ?)

L’immobilier pour se protéger de l’inflation : oui et non.

L’immobilier en lui même a 2 caractéristiques antagonistes pour se protéger de l’inflation :

  • Côté positif, c’est un actif tangible : même en cas d’hyperinflation, vos 4 murs seront toujours là.
  • Côté négatif, c’est un actif beaucoup acheté à crédit : or, en cas de forte inflation, les taux remonteraient, pénalisant le pouvoir d’achat des primo-accèdants en bout de chaîne, et donc faisant baisser les prix immobiliers.

Par contre, le crédit à taux fixe, lui est intéressant. Une forte inflation permettrait de finir par le rembourser en monnaie de singe, au moins sur les dernières années.

L’immobilier est donc une protection contre l’inflation plus par son crédit à taux fixe qu’autre chose. Le mieux pour se protéger de l’inflation grâce à l’immobilier est donc d’avoir encore une part de crédit importante et sur une durée proche de 20 ans.

La bourse et les actions.

La bourse peut permettre de se protéger de l’inflation. Les actions sont en effet des parts d’entreprises et donc des actifs tangibles.

Par contre, une remontée des taux sans risque ferait mécaniquement baisser le prix des actions (effet sur le taux d’actualisation des cash-flow futurs qui comprimerait les Price Earning Ratio), donc comme pour l’immobilier la protection n’est pas parfaite.

L’idéal pour se protéger de l’inflation avec la bourse, est de choisir des actions d’entreprises avec un avantage compétitif fort qui pourront répercuter les hausses de prix sans perdre leurs clients. On peut penser à des entreprises comme LVMH, L’Oréal, Essilor en PEA ou Berkshire Hathaway en compte-titre ordinaire.

Les entreprises de royalties sont aussi une piste. Voir aussi ma vidéo Quelles actions comme Protection contre l’Inflation : Le Portefeuille anti-inflation.

Une dose de gestion indicielle ETF World peut s’envisager également pour son darwinisme, puisque par définition dans un indice les valeurs qui performent voient leur pondération augmenter quand celles qui périclitent en sortent.

Les obligations / Le cash.

On dit que les obligations et le cash sont les choses à éviter en période de forte inflation, car ils perdent mécaniquement de la valeur.

C’est globalement vrai, mais il faut tempérer par deux choses :

  • Les obligations à maturité longue comme celles présentes dans les fonds obligataires voire les fonds d’euros d’assurance-vie sont les plus affectés. Les placements dont le taux peut s’adapter vite à l’inflation sont moins problématiques : livret A dont le taux est censé suivre l’inflation (avec certes un peu de retard), obligations de maturité courte (3-4 ans) et à taux plus élevé que la moyenne comme celles proposées dans le crowdfunding en énergies renouvelables et que l’on pourra “rouler” au taux du moment tous les 3-4 ans à échéance, etc.
  • Les périodes d’inflation, si elles sont associées à une stagflation, peuvent conduire à des crises. Pendant certaines crises, le prix de certains des actifs baisse, et on peut ainsi avoir l’opportunité d’acquérir des actifs intéressants à prix bradés. Dans cette perspective éventuelle, il n’est pas inintéressant de garder un peu de cash sous la main dans l’espoir de jouer un tel coup de billard à deux bandes plus tard…

Conclusion.

Avoir un patrimoine 100% en or ou argent physique ne ferait pas sens, car ces actifs ne rapportent rien. Ce sont de simples actifs de conservation.

Néanmoins, quand il s’agit de protéger son patrimoine de l’inflation, si les autres actifs (immobilier, actions) peuvent faire une part du job, on notera qu’ils ont tous certains inconvénients.

On comprend donc pourquoi l’or physique ressort souvent sur une allocation raisonnable (on évoque souvent 5 à 10%) quand il s’agit de protéger un patrimoine important de l’inflation. Même si la couverture de l’inflation n’est pas le seul rôle théorique attribué à cet “actif barbare”, qui fait aussi office en général d’ assurance globale anti-crises et chocs.

Globalement, on pourrait résumer les choses comme cela : une protection parfaite de son patrimoine contre l’inflation n’existe pas, donc il faut avoir un peu de tout…

Pour prendre un exemple, on peut penser a priori qu’un patrimoine constitué de la sorte résisterait pas trop mal à l’inflation :

  • 50% Immobilier (Résidence principale + locatif)
  • 20% à 25 % actions telles que présentées ci-dessus.
  • 20% à 25% “obligations maturité courte” (cf. chapitre obligation/cash ci-dessus pour la définition de quoi privilégier)
  • 5% à 10% Or.
  • – 30 % dette à taux fixe longue associée à l’immobilier. On voit par exemple que la part de dette longue à taux fixe est supérieure à la part de “cash”. Donc en roulant les placements cash au fure et à mesure d’une remontée des taux associée à l’inflation, on peut espérer avoir à terme du cash qui grignote la dette car ayant un taux supérieur à celle-ci (le fameux remboursement en monnaie de singe)

 

1 réflexion au sujet de « Se protéger de l’inflation : les actifs à détenir dans son patrimoine. »

  1. Très bon article, très bien expliqué et complet. Cela permettra au plus grand nombre de se retrouver dans ses investissements après cette inflation qui nous touche tous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Souhaitez-vous recevoir gratuitement 4 livres électroniques utiles pour la gestion de patrimoine ?

Pour cela, il suffit de souscrire à la Newsletter mensuelle du blog (déjà 10 412 abonnés !)